Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

arrow_back

Babbler allows PR people and reporters to collaborate a better way.

By joining Babbler you will be able to access hundreds of newsrooms and PR contacts from your industrie(s) and also share with them your upcoming needs.

Their newsrooms are already on Babbler

You're 1 click away from signing up

Previous

Nice to see you again !

Album

CP bilan Premiere Classe - Septembre 2019
timer minutes reading time minute reading time

Copy link
30 ans de mode et de création célébrés lors de l'édition True Romance de Premiere Classe

Si la mode manie un art, c’est celui du paradoxe. En cette fin septembre 2019, le ciel blanc de l’automne semble déjà s’être installé à Paris alors que s’achève la Fashion Week des collections Printemps-Été 2020 et son éclosion de couleurs. La capitale de la mode rayonne une fois de plus, après avoir accueilli dans ses rangs ses plus grands représentants. Comme chaque année, pendant plusieurs jours, Paris s’est transformé en véritable chemin de traverse entre les défilés Saint-Laurent et Chanel, Dior et Courrèges. Mais comme dans chaque périple : rien n’est plus “in” que le “off”, rien n’est plus audacieux que la marge, rien n’est plus vibrant que le détour. Depuis 30 ans, Premiere Classe est l’un des passages obligés de la Fashion Week parisienne proposant le meilleur de la création d’accessoire du monde entier. Au coeur du jardin des Tuileries, il est cette transition entre Rive gauche et Rive droite, le Louvre et la Concorde, entre la création d’aujourd’hui et de demain. Premiere Classe est cet écrin essentiel de créateurs : le rendez-vous incontournable de l’accessoire de mode. 









La mode l’a bien compris : n’est accessoire que ce qui est pensé comme tel. C’est l’ornement qui crée la beauté, la parure qui crée le subtil. Il y a trente ans, Premiere Classe inventait le terme “accessoire de mode” pour regrouper en un seul et même événement le meilleur du savoir-faire et de l’artisanat, du sur-mesure et de la créativité. Bijoux, maroquinerie, chaussure et autres accessoires en tout genre avaient enfin trouvé leur écrin. Depuis, deux fois par an, Premiere Classe présente la plus belle et la plus large sélection d'accessoires de mode de la Fashion Week et accueille 50 collections prêt-à-porter. Mais pour cette édition anniversaire, un air singulier flottait dans ses allées. Un air léger et festif, comme un bonheur fugace de se retrouver. Trente ans de rencontres et de partage étaient ainsi célébrés cette édition lors des deux soirées anniversaire au rythme des concerts et Dj Sets sous la tente “Concorde”. Dans un décor conçu et imaginé par Thomas Phélizon, avec l’impulsion créative de l’artiste Jefferson Fouquet, fleurs et objets semblaient ainsi fusionner, souvenirs et réalité pouvaient dialoguer. Une célébration “feelgood” qui se poursuivit jusque tard dans la nuit des allées du Jardin des Tuileries. 


Car l’histoire de Premiere Classe c’est avant tout l’histoire d’une communauté. L’histoire d’une “True Romance”. Trente ans de mode et de création célébrés lors de cette édition à travers l’exposition exclusive “Collection 00” où trente créateurs de renom ayant marqué l'histoire de Premiere Classe avaient relevé le pari de créer une pièce sur le thème : "Et si c'était à refaire...” On pouvait y re-découvrir l’indémodable “Chronicle Video Bag” de Diana Broussard, la veste en jean “Seconde Main Levi’s” de Thomasine, les manchettes “Columbus” de Philippe Audibert ou encore les éternelles parures d’Octavio Pizarro. Un exercice de style et une rétrospective des 30 ans que Premiere Classe souhaitait rendre pérenne grâce à la création de son pendant digital. Une exposition à la croisée des mondes et à la croisée des temps et une édition tournée vers l’avenir avec une relève assurée comme en témoignait les 125 nouveaux designers présents cette année. 


Un anniversaire salué également par la participation de 450 marques – 400 d’accessoires et 50 de prêt-à-porter - parmi lesquelles figuraient 70% de marques étrangères, symboles de l‘aura internationale de l’événement. Durant ces quatre jours, Premiere Classe a bénéficié d’un visitorat stable et éclectique : 42% du public était français contre 58% étrangers. En réunissant les acteurs clefs du secteur avec 49 % d’acheteurs, 3% de presse et 48% de visiteurs - stylistes, designers, responsables commerciaux, marketing et communication, tendanceurs, agences de pub, bureaux de relation presse et consultants - Premiere Classe reste une expérience créative sans pareil et une plateforme de business inégalée. L’édition spéciale 30 ans a connu non seulement une augmentation significative de +14,5% du nombre d'acheteurs mais aussi un renouvellement au global de son visitorat, en effet 23% des visiteurs a déclaré découvrir Premiere Classe pour la première fois, soit 15% de nouveaux visiteurs de plus qu’en octobre 2018


Si le Japon confirme sa place de première nation étrangère à visiter l’événement avec 8,77% de visitorat, l’Italie le suit de près avec 7,8% suivi des Etats-Unis et du Royaume-Uni puis de l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique ou encore la Suisse. Les publics chinois et coréens ont également répondu encore plus présents. Les plus grandes enseignes du monde entier étaient ainsi représentées durant ces quatre jours avec la présence de Tomorrowland, Baycrews, Barney’s, Matsuya, Isetan, Beams, HP France, Isetan, Ships, Bloomingdales, United Arrows, Victoire, Hyundai Department Store, IT, Nitty Gritty, Rennes, Please do not Enter - ou encore Vakko, l’un des plus grands department stores luxe en Turquie. Certaines enseignes ont par ailleurs fait leur grand retour à Premiere Classe comme Opening Ceremony (US) ou Fenwick (UK). En France, grands magasins et concept-stores ont également répondu à l’appel avec la participation des Galeries Lafayette, Printemps, Le Bon Marché, La Samaritaine, L'Exception, Merci ouencore Centre Commercial.Premiere Classe reste ainsi un passage obligé durant la Fashion Week parisienne pour la profession venue découvrir les nouvelles tendances et mieux comprendre les dynamiques du secteur. Un parcours bien orchestré entre les tentes qui présentaient diversité et complémentarité des offres créatives aux visiteurs.








TENTE LOUVRE





La tente “Louvre” proposait une mise en lumière des grands enjeux de l’industrie de la mode grâce à une sélection premium d’un nouvel art de vivre éco-responsable où se mêlaient prêt-à-porter, accessoire, joaillerie, cosmétique, mobilité et art contemporain comme l’oeuvre Waste No More de Eileen Fisher. Une édition marquée par un premier partenariat inédit avec l’agence lifestyle 1.618 Sustanaible Luxury qui propose une vision à 360° d’une mode alternative et engagée. Une curation de 18 marques sélectionnées spécialement par Barbara Coignet, la fondatrice de 1.618, qui voit dans ce premier partenariat un véritable tournant de l’industrie de la mode vers une transition éco-responsable : “Durant ces quatre jours, nous avons reçu un enthousiasme hors-norme, un intérêt et une véritable curiosité du public. Les consommateurs et acheteurs sont désormais prêts à trouver des alternatives esthétiques, haut de gamme et engagées mais si l’envie est présente, l’acte d’achat reste encore marginal. Nous sommes encore au début de cette grande mutation.” L’inspiration au service de demain, c’est également l’objectif de Goooders, la nouvelle plateforme de luxe de mode éthique initiée par Caterina Occhio, qui présentait une sélection pointue de marques prônant un artisanat local et un impact positif de manière sociale comme environnementale. I was a Sari, de l’écurie Gucci, présentait ainsi ses oeuvres d’upcycling fabriquées par des femmes issues de communautés marginalisées à Mumbai. “Il n’y a pas d’éco-responsabilité sans justice sociale”, résume Caterina qui salue d’ailleurs l’engagement et le soutien que lui réserve Premiere Classe depuis ses débuts. “Premiere Classe a été le premier événement de ce genre à être sensible à la mode durable, bien avant la tendance. Mais aujourd’hui l’éco-responsabilité est totalement dans l’esprit du temps comme en atteste notre présence ici avec Goooders.” Caterina et Barbara, deux pionnières de la mode éthique réunies lors de cette édition et qui saluent d’une même voix l’accueil encourageant du public face à cet impératif. 




TENTE TUILERIES





La tente “Tuileries” accueillait un large panel de créateurs et de savoir-faire venus du monde entier. Entre héritage, transmission et renouveau, des marques emblématiques de Premiere Classe, fidèles depuis trente ans, cotôyaient les créations de jeunes designers doués et  novateurs. “Maison Boinet est représentée à Premiere Classe depuis 2011, nous n’avons jamais manqué une édition, s’exclame Bruno Jourd’hui, le Directeur Général de la célèbre marque de ceinture et de maroquinerie parisienne. On est sur une collection premium qui s’adresse à des clients haut de gamme et l’écrin des Tuileries correspond tout à fait à notre cible d’acheteurs.” Le dialogue était donc au coeur de la dynamique Premiere Classe comme en témoigne Nadia Azoug, la fondatrice de la marque de fine jewellery Monsieur Paris située au coeur du Marais : “Il y a une vraie solidarité entre les marques ! On échange entre créateurs et entrepreneurs mais aussi avec les acheteurs. Il y a un véritable retour au réel, on prend le temps de discuter et de partager. Il faut que la mode revienne à un temps long pour faire les choses en profondeur.”


Véritable essaim de talents, on pouvait également découvrir les collections d’anciens finalistes du Festival International de Mode, de Photographie et d’Accessoires de mode à Hyères, comme les oeuvres de l’incontournable Vanessa Schindler, Lauréate 2017 du Grand Prix du Jury Première Vision, qui salue ce premier contact avec des acheteurs plus larges que son cercle initial et venus de tous les continents. La grande famille d’Hyères était également représentée par les collections de Cécile Gray, Christophe Lhote, Mayeul Reignault et Inès Bressand. Des lauréats déjà en vu, bénéficiant de l’aura du festival, mais qui pouvaient expérimenter ici une première dynamique d’achat et un espace de visibilité sans pareil auprès d’acheteurs et de distributeurs internationaux. Un rôle d’incubateur de talents, inhérent à l’événement depuis sa création, et qui est cher à Premiere Classe. 


“Exposed” revenait également pour une seconde édition sous l’égide de son directeur Matthieu Pinet, proposant une fois encore une sélection de référence de lingerie, swimwear et homewear à travers une myriade de créateurs émergents et confirmés. L’espace revendiquait la position de choix de la lingerie et du maillot de bain dans le secteur de la mode aujourd’hui. 




TENTE CONCORDE



La tente "Concorde" annonçait elle aussi son lot de surprises. Dès l'entrée : un pop-up store ouvert à tous a vu défiler des personnalités de la Fashion Week et aficionados de mode. Imaginé par le pop-up store “Face to Face”, qui avait carte blanche, une boutique éphémère autour des « Human Face of Fashion » présentait pour l’occasion une sélection unique de créatrices indépendantes portant une vision d’une mode éco-responsable. Un espace d’expression et une expérience shopping authentique qui remettait l’humain et le créateur au cœur du retail. Fashion Week oblige, le pop-up fut un vrai défilé de modeux venus découvrir les stands de créateurs et trésors vintage. L’autre côté ouvert aux professionnels révélait de nouvelles marques visibles pour la première fois en exclusivité comme Farm Rio. La tente “Concorde” proposait donc un espace hybride entre BtoB et BtoC et un lieu de networking où échangèrent initiés et amateurs tout le long du week-end dans une ambiance stylée et décontractée. 




__________





Dans ce temple de l’accessoire et du prêt-à-porter, l’éclectisme était roi. Des artisans affranchis des conventions présentaient des oeuvres contemporaines et oniriques quand d’autres misaient sur le maximalisme, la surabondance ou le bling-bling. “Il y a une véritable recherche du savoir-faire, de l’esthétique et de la nouveauté sur Premiere Classe. De véritables collaborations peuvent se nouer durant ces quatre jours”, explique la créatrice Elodie Joly de L’Honorable. Ainsi parmi cette multitude de marques et d’influences, tous mettent l’individualité et la créativité au premier plan, confirmant la place de Premiere Classe comme la jonction parfaite entre le classicisme et l’avant-garde, la tradition et la nouveauté. 


Quatre jours dans le monde, c’est court. Quatre jours dans la mode, c’est long. Depuis trente ans, Premiere Classe s’emploie chaque saison à capter l’instant présent et à redéfinir les enjeux cruciaux d’une industrie en constante mutation. Depuis trente ans, il favorise ce temps long, cette parenthèse hors-cadre en marge de la Fashion Week, afin de réunir l’ensemble des acteurs du secteur pour contempler l’oeuvre du présent et anticiper celle de demain. Dans une société saturée d’image et de symbole et en perpétuelle quête de sens, Premiere Classe favorise ce temps d’échange, de convivialité et de parole pour un retour à ce qui fait le monde et la mode : l’humain. Si la mode donc est un art, c’est indéniablement celui de mêler l’essentiel et l’accessoire, l’absolu et le futile, le “it” et le “in”. Le monde et l’homme.






CONTACT


press@wsn.community / tél. : +33 (0)1 40 13 74 74

Instagram


inscrit avec succès

Congratulations, you're registered on Babbler!

Discover now all the news waiting for you on Babbler: visit your newsfeed.!

Your topics have been selected, you can change it by clicking here