Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

arrow_back

Babbler allows PR people and reporters to collaborate a better way.

By joining Babbler you will be able to access hundreds of newsrooms and PR contacts from your industrie(s) and also share with them your upcoming needs.

Their newsrooms are already on Babbler

You're 1 click away from signing up

Previous

Nice to see you again !

Press release

AMERICAN WOMEN, THE INFINITE JOURNEY une exposition de la Patinoire Royale–Galerie Valérie Bach
timer minutes reading time minute reading time

Copy link
Seize plasticiennes américaines féministes et engagées seront présentées du 9 janvier au 29 février 2020
<p>Kiki Smith, Standing Nude, 2005  Kiki Smith / Courtesy Galerie Lelong & Co.</p>

Click to get original image size

Kiki Smith, Standing Nude, 2005 Kiki Smith / Courtesy Galerie Lelong & Co.

Save The Date – vernissage, le mercredi 8 janvier 2020 de 17 heures à 20 heures



Dès la fin des années 1960, aux États-Unis et au cœur de la seconde vague féministe, la journaliste Gloria Steinem se distingue de ses consœurs et confrères travaillant sur la cause des femmes par l’intersectionnalité de ses recherches. Elle place ainsi, au même niveau, différentes minorités et strates de discriminations, qu’elles soient d’ordre sexuelle, raciale ou de classe, avant que la question des genres n’apparaisse la décennie suivante. Tandis que la guerre du Vietnam s’essouffle, les consciences se libèrent et les citoyens foulent le pavé. La parution de sa biographie My Life on the road en 2015, disponible en français sous le titre Ma vie sur la route depuis 2019, accompagne, fortuitement ou non, une recrudescence de ces mêmes thématiques chez une génération émergente de plasticiennes.



Dans le champ de l’art, Martha Rosler, Nancy Spero ou Annette Lemieux s’interrogent depuis plusieurs décennies sur les interactions entre sphère publique ou politique et domaine privé, notamment celui de la femme au foyer. Mais aujourd’hui, les réflexions sur la construction d’une mémoire collective passionnent à nouveau, tel que le montrent Leslie Hewitt ou Iman Issa. Ces dernières nous donnent à réfléchir sur la porosité entre l’intime et le sociopolitique, particulièrement à l’ère de la mondialisation galopante. Comment analyse-t-on et interprète-t-on le langage, l’art ou l’histoire en fonction de son héritage familial, culturel ou de son sexe ? Comment forge-t-on son identité ou son genre ? Là-encore, la passation se construit de Carolee Schneemann et Mary Kelly à Macon Reed, Sara Cwynar et Chloe Wise. Puis, comment regarde-t-on le corps de la femme ? Tour à tour objet de désir, de curiosité, de crainte, voire d’exotisme, quand il est assimilé à l’oppression coloniale ou témoin du temps qui passe, quand il s’incère dans la tradition des vanités... diverses perspectives analysées et étreintes par Cassi Namoda et Theodora Allen. Mais le corps, cette enveloppe, est tout autant intellectuel que charnel, source d’érotisme et de plaisir non feint. Loie Hollowell, Julie Curtiss et Amy Lincoln en jouent, affirmant un délicat engagement féministe, sans nier l’attraction des formes esthétiques, dans la lignée de Kiki Smith. A l’heure où l’on déconstruit les codes liés aux instruments du pouvoir, des privilèges et des figures archétypales, les seize plasticiennes présentées à La Patinoire Royale se confrontent très librement à ces sujets, par la peinture, le dessin, la photographie, le photomontage, la vidéo ou l’installation, afin d’en développer le dialogue. Car deux ans après l’avènement du mouvement #MeToo, une nouvelle conception des désirs et de leurs assentiments est en train d’éclore. Ce parcours s’inscrit en résonance avec la ligne de la galerie accompagnant majoritairement des femmes artistes depuis son ouverture.



Listes des artistes


Theodora Allen, née en 1985 aux États-Unis, vit à Los Angeles
Julie Curtiss, née en 1982 en France, vit à New-York
Sara Cwynar, née en 1985 au Canada, vit à New-York
Leslie Hewitt, née en 1977 aux États-Unis, vit à New-York
Loie Hollowell, née en 1983 aux États-Unis, vit à New-York
Iman Issa, née en 1979 en Egypte, vit entre New-York et Berlin
Mary Kelly, née en 1941 aux États-Unis, vit à Los Angeles
Annette Lemieux, née en 1957 aux États-Unis, vit à Boston
Amy Lincoln, née en 1981 aux États-Unis, vit à New-York
Cassi Namoda, née en 1988 au Mozambique, vit entre Los Angeles et New-York
Macon Reed, née en 1981 aux États-Unis, vit à New-York
Martha Rosler, née en 1943 aux États-Unis, vit à New-York
Carolee Schneemann, née en 1939 aux États-Unis et décédée en 2019 à New-York
Kiki Smith, née en 1954 en Allemagne, vit à New-York
Nancy Spero, née aux États-Unis en 1926 et décédée en 2009 à New-York
Chloe Wise, née en 1990 au Canada, vit à New York






Une proposition de Marie Maertens


Marie Maertens est journaliste, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante, basée à Paris et résidant souvent à New York. Elle construit de nombreux dialogues entre les scènes américaines et françaises et s’était déjà intéressée à l’évolution des genres et du féminisme pour l’exposition Le Quatrième sexe, qui avait eu lieu à l’espace Le Cœur, à Paris, en 2017.





inscrit avec succès

Congratulations, you're registered on Babbler!

Discover now all the news waiting for you on Babbler: visit your newsfeed.!

Your topics have been selected, you can change it by clicking here