Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

arrow_back

is a free tool for journalists
Do not suffer news anymore, control it


By signing up you will be able to contact hundreds of press officer :
Caroline Grangie
Leboncoin
Media relation manager
Manon Guignard
Uber
Communication Associate
Sheherazade Renoux
PMU
Communication Manager

To learn more, watch the video

You're 1 click away from signing up
What is Babbler!

Previous

Nice to see you again !

Press release

INTERVIEW | À la rencontre de Baptiste Frattina, un ingénieur au profil atypique
timer minutes reading time minute reading time

Copy link
interview-a-la-rencontre-de-baptiste-frattina-un-ingenieur-au-profil-atypique

Click to get original image size

Parlez-nous un peu de vous Baptiste et de votre spécialité ...

De formation en génie de l’environnement, j’ai souhaité prendre un tournant dans mon parcours, suite à un burn-out professionnel en 2010. Un incident grave sur un chantier, a provoqué un vrai risque de danger humain pour toute mon équipe et le client. Six mois de pression intense, avec de lourdes responsabilités, m’ont fait entrer dans une période de stress post-traumatique. J’ai senti que mes limites avaient été dépassées et mon corps ne suivait plus. Il m’a fallu six mois pour reprendre le travail. Cette phase a été cruciale dans ma carrière. Elle m’a fait prendre conscience de mes responsabilités personnelles, de l’importance des conditions de travail et de management dans le bien-être au travail. J’ai ressenti le besoin de réajuster ma relation au travail et de m’outiller pour mieux gérer le stress, prendre les bonnes décisions, savoir dire non …La pratique de la Mindfulness a été une grande aide. Des changements se sont alors produit depuis 2011.

À mon retour, j’ai accepté une mutation à Grenoble en poursuivant mon travail de chef de projet. Puis en 2013, j’ai repris des études dans une école d’ingénieur. J’ai choisi de capitaliser sur mes 8 années d’expérience dans l’industrie, et de faire de mon parcours un tout cohérent « expérience / connaissances ».


Mon projet de fin d’études portait sur le bonheur au travail : The happiness engineeringMon objectif ? Mêler à la fois l’aspect technique et le développement humain dans toute sa dimension. Déterminé pour donner vie à ce projet, je l’ai proposé à Guichon Valves. Touchée par l’innovation et l’histoire humaine qui s’en dégageait derrière, les dirigeants de Guichon Valves ont décidé de me faire confiance.


En parallèle de ce projet de fin d’études, en 2016, j’ai senti le besoin de me former dans l’humain, j’ai complété mon diplôme d’Ingénieur en Management Technologique avec un Diplôme Universitaire en psychologie positive, sous la direction de Rebecca Shankland. À travers cette formation, j’ai approfondi la connaissance de la richesse qui réside dans chaque être humain, de façon rigoureuse et scientifique. J’ai aussi pris conscience de la modestie nécessaire à ce genre de démarche, je m’explique : on est sûrs d’avoir les bons outils, la bonne démarche, mais on se confronte à la pression temporelle, aux a priori et j’ai vu que le meilleur moyen est de montrer l’exemple, ne pas “avoir de projets pour les gens”. Un vrai atout pour être capable de mettre en lumière les besoins de tous. Je crois sincèrement que les gens sont experts de leur propre bien-être. Il suffit simplement de les éclairer sur ce qui leur fait du bien.


Aujourd’hui, j’occupe le poste d’ingénieur qualité environnement et développement humain chez Guichon Valves.

Je combine 3 volets sur mon pôle d’activités : 

- Environnement : pôle énergie/déchets, ISO 14001.

- Service après-vente pour tout le matériel en dysfonctionnement.

- Développement humain : pôle conseils, ateliers et accompagnement individuel.



Présentez-vous une situation en lien avec le bien-être au travail à laquelle vous avez été confronté?

J’ai participé, sous la direction de notre responsable Maud Cudraz, à la réorganisation de notre service QSE. Plusieurs besoins nous ont alarmé :

Favoriser le bien-être d’une de nos collaboratrices en souffrance. 

Anticiper la montée en charge et la complexité de nos activités en robinetterie industrielle.


Suite à un départ en retraite, elle a pris le poste d’assistante qualité. Mais quelques années plus tard, cette activité n’était plus du tout adaptée à ses besoins du moment et sa personnalité dynamique. De plus, la charge de travail devenait davantage importante sur le temps. Un véritable ras-le-bol sommeillait en elle, ce qui l’a amenée à se demander si elle ne devrait pas démissionner. Sa souffrance m’a interpellé. C’est une personne en mouvement, elle avait envie d’autres choses… Ce poste demandait de la rigueur et de la précision comme celui d’un documentaliste. Conscients de ses compétences et de son implication dans l’entreprise depuis cinq ans, nous avons su réagir en faveur de tous.



Quelles solutions avez-vous mis en place pour y faire face?

Étape 1 : Nous avons réunis toute l’équipe puis dresser une liste de toutes les tâches réalisées dans le service. Nous nous sommes appuyés sur un fichier regroupant nos pointages. 

Notre objectif : évaluer le temps dédié à chaque tâche pour le futur. Et c’est à partir de cette base que l’on a pu déployer les ressources nécessaires au bon déroulement du service.

Ainsi, en se référant à notre liste des besoins en ressource et à celle des tâches à réaliser, on a pu obtenir une vision optimale de tous nos besoins.


Étape 2 : Nous avons enquêté sur les forces de caractère de chacun en s’appuyant sur le questionnaire VIA Character du Dr Martin Seligman.


Étape 3 : Toutes les envies professionnelles des collaborateurs vis à vis des tâches à réaliser ont été listées pour collecter de l’information précise sur les tâches souhaitées en pensant à leur job rêvé.


Pour conclure, cette enquête nous a permis d’obtenir une bonne gestion de nos talents et des embauches. Par conséquent, on a pu définir un plan d’action efficace pour limiter la souffrance des collaborateurs et réorganiser le service de façon optimale.


Constatation globale: 

 -Meilleure répartition du temps de travail

 -Meilleure répartition des tâches attribuées aux postes de travail

 -Libération du temps de travail sur certains postes (temps plein passé à un temps partiel suivant les besoins, une de mes collègues est même en train de créer sa propre entreprise) 

-Allégement des tâches pour les postes surchargés

-Meilleure productivité de toute l’équipe

-Fidélité et engagement plus fort des salariés

-Embauche d’une personne à plein temps en rédaction qualité


De façon collective, nous avons réussi à soutenir notre collaboratrice et mieux s’organiser. Les salariés se sont senti écoutés et considérés, ce qui a renforcé leur engagement pour Guichon Valves. En mêlant solidarité et coopération, cette réorganisation du service a su apporter un second souffle à toute l’équipe et une meilleure productivité à l’entreprise.


Interview de Baptiste Frattina réalisée et rédigée par Estelle Ruffier, chef de projet digital chez Moodwalk.

  • B2B
  • Bien-être
  • Big Data
  • Business
  • + 11
  • Éducation
  • Éducation - RH
  • Innovation
  • Innovation - e-Santé
  • Innovation - R&D
  • Management
  • Numérique
  • Santé
  • Startup
  • Tech
  • Web
inscrit avec succès

Congratulations, you're registered on Babbler!

Discover now all the news waiting for you on Babbler: visit your newsfeed.!

Your topics have been selected, you can change it by clicking here

  • B2B
  • Bien-être
  • Big Data