APTEDIA

Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

Nice to see you again !

Download this content

Fill in this form and allow the PR contact who posted this content to identify you.

Invalid email address
Press release

J'ai recyclé des NON pour financer ma start-up
timer minutes reading time minute reading time

Copy link
jai-recycle-des-non-pour-financer-ma-start-up

Click to get original image size

J'ai recyclé des NON pour financer ma start-up :


L'an dernier, j'ai contacté l'ensemble des fortunes 500 françaises par courrier postal AR pour leur demander un ticket de 3 millions d'euros en échange de 15% d'une groupe de 5 start-ups web dont je sortais seul d'un peu plus de deux ans de R&D. Dans le courrier envoyé, j'ai préféré dans une première approche parler de mon histoire (déscolarisé très jeune et une vie assez rock'n'roll) et de ma courbe d'apprentissage plus que de donner de détails au sujet d'un ou plusieurs projets qui ne restent que des projets s'ils sont exécutés avec les pieds...


EN fin de courrier, j'ai listé les différents types de projet du groupe, donné leurs potentiels financiers respectifs et ai demandé un entretien téléphonique ou physique pour détailler mon approche...En précisant que je cherchais un financement de 3 millions d'euros pour un groupe n'existant pas encore mais portant un espoir de chiffre d'affaires à 3 ans de 1,56 milliards d'euros.


J'ai pour beaucoup eu des non réponses, réponses négatives, encouragements et même lettres d'admiration de très grands entrepreneurs mais aucun n'a cependant accepté de jouer le jeu de me financer...


Je me trouvais donc en possession d'un peu mois de 500 accusés de réception et une somme rondelette dépensée en envois au pire moment financier de toute ma vie (poursuivi par les huissiers URSSAF, RSI, Trésor, Bailleur et consorts sur lesquels j'ai été contraint de faire de la cavalerie pour garder la tête hors de l'eau).Que faire alors? J'ai décidé de rebondir en utilisant tous les accusés de réception et d'en faire une oeuvre d'art qui sera bientôt mise en vente à pris de départ de 3 millions d'euros sur le site eBay.


Cette opératon n'a pas pour but de dénoncer ceux qui n'ont pas voulu me financer ...Ce serait une chose que ferait un enfant de cinq ans...NON...là où j'ai trouvé du sens à la réalisation de cette oeuvre, c'est qu'elle transforme du négatif en positif, un échéc en réussite (du moins je l'espère).


Je prépare actuellement des invitations pour le top 100 mondial fortunes tech et sors de 3 mois de préparation de la couverture média internationale de l'opération par contact avec 200 rédacteurs en chef de 200 journaux dans 32 pays. En tout et en comptant mon réseau personnel, ce sont un peu plus de 600 journalistes internationaux économie, business et technologie qui seront informés du départ de la vente aux enchères de Paper Rabbit qui a été réalisé en 1 an et demi avec 8 artisans locaux (Nancy).


Le communiqué est accessible à cette adresse : https://medium.com/@sbastienlandrieu/jai-recycl%C3%A9-des-non-pour-financer-ma-start-up-5fd809c06f5e


Mon but est simple dans la création du groupe APTEDIA : protéger ma famille, faire quelque chose que j'aime et rendre des gens heureux. SI je peux dès demain payer un(e) homme/femme de ménage 4000€ nets pour qu'il/elle n'ait pas à compter ses cents en fin de mois pour payer une glace à son gosse (j'ai déjà vécu cela et même pire), je le ferai...C'est ce patron-ci que je serai et c'est ce que me permettra la vente de Paper Rabbit en m'affranchissant finalement de toute forme d'actionnariat.

  • Tech
  • Web