Lovecando

Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

Download this content

Press release

Lovecando

Copy link

À l’heure où les géants du numérique s’approprient les données des individus et les richesses produites collectivement sur le web, le projet de fondation digitale LoveCanDo propose une autre voie Fondée sur le partage des ressources et une gouvernance collective.

A l'opposé d'une vision purement individualiste de la société, le numérique fournit une alternative à la marchandisation exclusive de la société.

Il permet à des communautés locales ou virtuelles de se regrouper pour créer, préserver, maintenir ou développer une ressource collective. Car si la ressource elle-même est importante, la création de lien social se révèle décisive dans nombre d'approches. Contrairement au court-termisme ambiant, elles permettent aussi de penser le long terme ainsi que la transmission d'une ressource et d'un projet entre générations.


Nos données personnelles, numériques ou "numérisables", deviennent une ressource clé, d'une variété et d'une richesse potentielle inouïes.

Ne serait-ce pas là le véritable projet qu'un collectif pourrait souhaiter à la fois protéger, développer, réguler ? Il confierait cette ressource essentielle à une “organisation” (une fondation, par exemple) qui en émanerait, charge à cette dernière de créer et proposer tous types de services désormais rendus possibles par le traitement approprié de ces données. Les membres adhérents de cette organisation s'associeraient non plus pour couvrir prioritairement un risque donné, comme c'était le cas de nos mutuelles, mais pour bénéficier de tous les services imaginables à partir d'un large spectre de données qu'ils auraient collectivement et consciemment décidé de partager ensemble. 



Cette maîtrise par les individus de leurs données personnelles et de leur exploitation constitue l'ambition même du projet LoveCanDo.

De son côté, l'organisme collectif gouvernant, préservant et exploitant la richesse confiée, s'engagerait à expliquer intégralement tout l'usage qu'il fait de ces données et le détail des algorithmes qu'il utilise. Il n'aurait pas pour objectif de centraliser toutes ces données dans une même base, mais avant tout de faciliter la circulation des flux d'informations pour créer de la valeur pour l'individu et veiller à ce qu'il reste maître de ses informations. Ses conditions générales d'utilisation (CGU) seraient enfin transparentes, aisément compréhensibles par tous les adhérents, et rompraient définitivement avec ce que l'on pourrait plutôt qualifier aujourd'hui de Capharnaüm Grugeant les Utilisateurs. La gouvernance des données pourrait même être conçue comme pleinement collaborative, basée sur des outils proposés par les CivicTech, garantissant ainsi tout à la fois transparence et fidélité aux choix des individus.

À l’heure où les géants du numérique s’approprient les données des individus et les richesses produites collectivement sur le web, le projet de fondation digitale LoveCanDo propose une autre voie


Les modèles économiques restent à inventer dans un contexte concurrentiel tendu où les utilisateurs sont profondément atteints par le syndrome de la gratuité apparente.

Les informations rendues “signifiantes” devraient servir à leurs “propriétaires” pour qu'ils en tirent tout l'usage qui a du sens pour eux. Les individus pourraient ensuite exploiter et contrôler leurs données à leurs propres fins. Cette maîtrise par les individus de leurs données personnelles et de leur exploitation constitue l'ambition même du projet LoveCanDo, dont différents modèles économiques font aujourd'hui l'objet de recherches et d'expérimentations. De la mise en commun pleinement consentie à la réappropriation individuelle des données personnelles, la boucle serait bouclée au bénéfice de la collectivité et de l'individu. Les modèles économiques restent à inventer dans un contexte concurrentiel tendu où les utilisateurs sont profondément atteints par le syndrome de la gratuité apparente. Les modalités de gouvernance restent également à revisiter pour répondre à de nouvelles aspirations et à une complexité croissante de l'environnement. La tâche est immense, les enjeux fondamentaux. C'est maintenant qu'il faut s'y atteler, notamment en expérimentant de nouveaux dispositifs et en soutenant notre projet de fondation LoveCanDo. Un petit mot d'encouragement, pour commencer, c'est bien. 


--- 


Ce texte est largement inspiré par celui posté le 4 mars 2017 par Jean Louis Davet (DG du groupe ISTY) ainsi que des écrits de Pascal Demurger (DG du Groupe MAIF) et d'Idriss Aberkane.



  • Idées - Débats
  • Innovation
  • Politique - Société