Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

Download this content

Press release

Mémoires d'une étrangère, une autobiographie à ne pas manquer

Copy link

Le début du récit est sans pitié pour ses parents, quelques années de psychanalyse n’ont pas réussi à effacer les blessures. Les souvenirs sont brutaux, le verbe acide. Seulement quelques pages pour décrire la genèse et les origines. Les géniteurs - comme elle les nomme - ne reviendront dans le texte que quand il s’agira de revendiquer la liberté, de leur rappeler, encore après leur mort, qu’elle a vécu sa vie telle qu’elle l’a voulue.

La prose est étudiée, recherchée. Même les sextos sont écrits avec panache. Plutôt mourir qu’être vulgaire ! Elle se décrit « catin, hétaïre », c’est son amant qui la révèle « salope ». Ne pas confondre avec de la pudeur, elle compte bien prendre son pied, goulûment et égoïstement, mais chez elle, les mots prolongent le plaisir, lui donnent du sens. Même le frère haï, « ce grand escogriffe velléitaire » a droit au pléonasme « gentil » quand il méritait de plus rudes injures.

Mais notre Anne, n’est « esclave d’aucun baptême », ni de personne. Elle a quitté le statut confortable de professeur des lycées pour assister une neuro-ophtalmologue, donner des cours d’informatique, créer de documentaires d’art, accompagner des artistes dans la création de leur site web ou encore, à plus des cinquante ans, se réinventer salope et assouvir ses passions. Son goût du savoir lui a permis de vivre plusieurs vies en une seule. L’autobiographie terminée, il ne serait pas étrange qu’elle se réinvente à nouveau, ce ne sont pas les idées qui lui manquent. Elle n’a été que la servante de ses désirs, mais que celui qui n’a jamais péché, lui jette la première pierre.


Résumé :


En grande section de Maternelle, je découvris qu’il n’y a que deux opérations fondamentales : l’addition et la soustraction desquelles participent la multiplication et la division. Au lieu de m’encourager dans mes observations, mon scientifique de père fêla ma confiance sans pour autant altérer mon opiniâtreté native ni interrompre mes investigations cérébrales. »

Les bonnes fées ne se sont pas penchées sur le berceau, pourtant doré, de la petite fille où sont épinglés les mots « Je ne suis pas belle, je ne ressemble à personne », nous révèle d’emblée Anne Steinberg-Viéville.

Mémoires d’une étrangère est un récit autobiographique fort, ne craignant ni de choquer ni de déranger du moment qu’il y va et de la survie de l’auteur et de son désir de transmettre cette soif inextinguible de découvertes et de recherches alliée à un puissant amour de la vie.


Une belle revanche sur l’enfance, sur le silence, sur le temps et qui nous invite à réveiller notre corps aussi bien que notre esprit. 


À propos de l’auteur Anne Steinberg-Viéville



Anne Steinberg-Viéville tient aussi un blog, dont on peut tirer son portrait intellectuel : loin de toute didactique, elle propose d’étonner l’œil de l’amateur d’art ; sa méthode souvent comparatiste et son regard très mathématique donnent à voir des merveilles secrètement dissimulées par les artistes ; en cérébrale, elle commence par la rédaction des textes, qu’elle enregistre, puis illustre au moyen d’images fixes ; en geek, elle réalise montage et synchronisation ; en pollinisateur des savoirs, elle diffuse ses points de vue sur Internet. 


ISBN : 978-2-87683-591-7

Prix de vente Papier/Numérique : 14 € / 4,99 €

Format : 13 x 21 cm

Nombre de pages : 72 p



Contact Presse : sp.compagnielitteraire@gmail.com

  • Culture
  • Littérature