Contact PR

To use this feature, join Babbler easily !

arrow_back

Babbler allows PR people and reporters to collaborate a better way.

By joining Babbler you will be able to access hundreds of newsrooms and PR contacts from your industrie(s) and also share with them your upcoming needs.

Their newsrooms are already on Babbler

You're 1 click away from signing up

Previous

Nice to see you again !

Press release

Montgomery Clift (le livre) dans la presse…
timer minutes reading time minute reading time

Copy link
montgomery-clift-le-livre-dans-la-presse

Click to get original image size

Quelques extraits d'articles parus dans la presse du livre Montgomery Clift, l'enfer du décor :



[…] Dans Montgomery Clift. L’enfer du décor, Sébastien Monod décrit avec talent et empathie le terrifiant mal-être qui s’empare de Clift dès l’enfance, sa haine de soi et sa douleur de se découvrir tel qu’il ne voulait pas être. Pas facile d’être homosexuel à Hollywood dans les années 50. Pour le nier et l’oublier, Monty se drogue, s’alcoolise, se perd dans d’innombrables bars SM, qui le révulsent autant qu’ils l’attirent. Dans sa filmo inégale, que l’auteur étudie avec passion, on aimerait revoir plus souvent Une place au soleil (1951), de George Stevens, et Tant qu’il y aura des hommes, de Fred Zinnemann (1953), où par deux fois il rate l’oscar qui lui était dû, pour avoir trop bien incarné, sans doute, tous les aspects de l’ambiguïté américaine. […]

Pierre Murat, Télérama


Montgomery Clift n’a jamais obtenu l’Oscar et Sébastien Monod le démontre très bien, c’est parce qu’il représentait justement cette Amérique ambiguë qu’elle refusait de voir en lui… et je trouve que c’est une étude vraiment très, très brillante… […]

Le Masque et la plume


Star des fifties et des sixties, Monty Clift fut l’acteur bouleversant et fragile de Tant qu’il y aura des hommes, Soudain l’été dernier, The Misfits… Homosexuel, torturé, victime d’un accident de la route qui le défigura, il a été le symbole d’une nouvelle génération, avec Marlon Brando et James Dean. Il s’est suicidé à petit feu, se gavant de produits chimiques, nourrissant sa dépression, pour finalement disparaître en 1966, à 45 ans. Sébastien Monod, dans cet ouvrage ultra-documenté, revient sur cette destinée singulière, en analysant chacun de ses films et en évoquant le prix que Monty Clift a payé pour donner à l’écran le meilleur de lui-même.

François Forestier, L'Obs


Heureusement cet ouvrage est là pour combler ce vide. Un ouvrage complet. Et le mot est faible. Il ne se contente pas de retracer avec moult détails la vie tumultueuse de Clift, il aborde TOUS les sujets autour de cet acteur (jusqu’aux chansons qui lui ont rendu hommage). Oui, tout Monty est là.

Ipso facto ce livre devient totalement indispensable pour qui s’intéresse à Monty. Il parait difficile de faire mieux. En quelque sorte voici la biographie définitive de Montgomery Clift. Preuve que l’on peut être Français et exceller en histoire du cinéma américain.

Philippe Durant


[…] Après un rapide, mais néanmoins complet, retour sur l’enfance et l’adolescence de l’acteur, l’ouvrage privilégie une approche monographique, séquençant sa structure à travers une étude film par film. La perspective chronologique adoptée par l’auteur a ainsi le mérite de souligner l’évolution de Clift, ainsi que celle de l’industrie hollywoodienne. Très complète, chaque partie revient sur le tempérament artistique des réalisateurs […]

Jacques Demange, CinéChronicle

  • Cinéma
  • Culture
  • Littérature
inscrit avec succès

Congratulations, you're registered on Babbler!

Discover now all the news waiting for you on Babbler: visit your newsfeed.!

Your topics have been selected, you can change it by clicking here

  • Cinéma
  • Culture
  • Littérature